The Coalition for Gun Control/Pour le Controle des Armes

Le registre des armes à feu menacé Le SPVM s’oppose au projet de loi C-391

Posted by cgccanada on December 7, 2009

Agence QMI  Frédéric Pepin
06/12/2009 18h14

http://www2.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2009/12/20091206-181432.html

Au moment où se déroulaient les cérémonies de commémoration de la tuerie de Polytechnique à Montréal, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) réitère son appui au registre des armes à feu et exige des élus fédéraux la renonciation du projet de loi C-391.
C’est par voie de communiqué que le corps policier a tenu à rappeler la nécessité de maintenir en vigueur tous les éléments du registre.
Ce projet de loi, adopté en deuxième lecture par la Chambre des communes il y a un mois, a pour but de lever l’obligation d’enregistrer les carabines (y compris la Ruger Mini 14 utilisée par Marc Lépine) et les fusils de chasse. Il aurait aussi pour effet de supprimer quelque 8 millions de dossiers d’armes de chasse du registre.
«Le contrôle des armes à feu fait partie de toute stratégie intégrée pour lutter efficacement contre les crimes violents, soutient le SPVM. La restriction de la portée actuelle du registre proposée par le projet de loi C-391 préoccupe grandement le SPVM.»
Contre l’abolition du registre
Le Devoir publiait jeudi une lettre ouverte rédigée par trois diplômés de l’École polytechnique, dont Nathalie Provost, qui fut blessée lors de la fusillade, et Heidi Rathjen, qui a milité pour le contrôle des armes à feu.
«Le lobby des armes fait preuve d’une détermination redoutable et travaille activement pour influencer les politiciens», peut-on y lire.
«Mais il n’est pas trop tard. Nous demandons à tous les citoyens préoccupés par la violence de communiquer avec leur député fédéral et d’exiger qu’il ou elle accorde la priorité à la sécurité publique plutôt qu’aux intérêts étroits du lobby des armes.»
Selon le SPVM, entre 73 et 81 % des policiers canadiens ont recours au registre des armes à feu, ce qui correspond à plus de 10 000 consultations par jour.
De 1995 à 2005, les décès et les blessures par balle sont passés de 1125 à 818 et les homicides par armes d’épaule ont diminué de près de 50%.

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d bloggers like this: