The Coalition for Gun Control/Pour le Controle des Armes

How Did They Get Their Guns?/ Comment obtiennent-ils leurs armes a feu?

Posted by cgccanada on June 12, 2009

1. Overview

In Quebec most firearms recovered in crime are not traced so the information available on sources of guns is limited. However, there are data and anecdotal information available from other cities that highlights that across Canada the firearms that are recovered tend to reflect the firearms in circulation.

2. Types of Guns

In gang related activities, handguns and replicas are the weapons of choice but there is also
evidence that rifles and shotguns account for a significant portion of firearms recovered in crime.

• Gangs often cannot afford handguns. Therefore, homemade/improvised firearms, fake, drilled-out starter pistols and sawed-off long guns are becoming common. These guns can be used for display and intimidation even if they do not fire.

• Illegal guns are also rented.

• The United States is the principal source of illegal guns in Montreal. However, legal guns are also diverted to illegal markets, often through theft.

• Price for illegal handguns on Canada’s streets have doubled in the last decade, sometimes as much as 200%- 400% from US over-the-counter prices.

3. Sources of Guns

Guns are also used in other forms of violence, including domestic violence, suicides and
accidents. There are three major sources of guns which are misused:

1. Legal guns misused by their owners – most often the case with domestic homicide, suicide and accidents

• The shooter at Dawson College was a legal gun owner and member of a gun club.

• A young legal handgun owner shot a bystander as he was walking home downtown Toronto in January 2008.

2. Legal guns which are diverted to the illegal markets through theft or illegal sale: there is no virtual ban on handguns. There are 500,000 legally owned handguns in Canada.

• Legally owned guns are often improperly stored, and stolen or sold illegally.

• Every year, as many as 3,000 firearms are reported stolen in Canada and in the hands of criminals.

• Some youth gang members are involved in the theft and re-sale of firearms. “Find out who’s dad goes out hunting. You find some kid who is not part of the gang who wishes to be part of the gang or looks up to you or you know from class, go to his house, pretend like you are going to do homework for him (then) pocket a gun. Throw a rifle out the back window or whatever from the basement. One of your friends will run by and pick it up. You can buy bullets at Canadian Tire, you can buy (them) just about anywhere.” (Bill, 21)

• Toronto Police discovered that it was easy to buy guns over the Internet. The investigation led them to arrest four people who face a total of 276 charges and to seize many firearms.

3. Smuggled guns originating from the US, typically acquired through theft, straw purchases, or gun shows

• These guns account for most than 50% of the handguns recovered in crime in large cities.

• In 2004, the Canada Border Services Agency seized 1,099 firearms at the border including 140 non-restricted firearms, 299 restricted firearms and 660 prohibited firearms. This is the  tip of the iceberg.

*****

1. Aperçu

Au Québec, la plupart des armes à feu retrouvées sur les lieux d’un crime ne sont pas retracées. Ainsi, l’information disponible sur la source des armes à feu est limitée. Par contre, des données et de l’information empiriques disponibles dans d’autres villes du pays soulignent que, d’un bout à l’autre du pays, les armes à feu récupérées à la suite d’un crime tendent à refléter celles qui sont en circulation.

2. Types d’armes à feu

Les armes de poing et les répliques sont les armes de choix dans les activités reliées aux gangs. Il existe des preuves démontrant que les armes longues (fusils et carabines) sont aussi récupérées en proportion significative à la suite de crimes.

• En raison du prix élevé des armes de poing, il est plus fréquent que des gangs moins sophistiqués improvisent ou façonnent des armes à feu tels des fausses armes et des fusils à canon tronqué.

• Des revendeurs d’armes illégales louent aussi des armes.

• Les États-Unis sont la source principale d’armes illégales récupérées à Montréal. Par contre, les armes légales sont aussi détournées vers les marchés illégaux, souvent à la suite de vols.

• Le prix des armes de poing illégales dans les rues canadiennes a doublé au cours de la dernière décennie, parfois de 200 % à 400 % par rapport au prix américain de vente au comptoir.

3. Source des armes à feu

Les armes à feu sont utilisées dans diverses formes de violence incluant la violence conjugale, les suicides et les accidents. Il existe trois sources principales d’armes à feu mal utilisées :

1. Armes légales mal utilisées par leur propriétaire – plus souvent utilisés dans les cas d’homicides conjugaux, suicides et accidents.

• Le tueur du Collège Dawson était un propriétaire légal et membre d’un club de tir.
• Un jeune propriétaire d’arme en bonne et due forme a tué une victime innocente qui marchait au centre-ville de Toronto en janvier 2008.

2. Armes légales qui passent sur le marché noir après avoir été volées ou vendues illégalement. Il n’existe pas d’interdiction virtuelle sur les armes de poing. Quelque 500 000armes de poing sont possédées légalement au pays.

• Les armes légales sont souvent mal entreposées et volées ou vendues illégalement.

• Jusqu’à 3 000 armes à feu sont volées chaque années au Canada.

• Certains jeunes affiliés aux gangs sont impliqués dans le vol et la revente d’armes à feu. « Trouve un jeune qui a un père chasseur.Tu trouves un jeune qui ne fait pas partie de la gang mais qui aimerait le joindre. C’est un jeune qui a de l’estime à ton endroit ou un jeune que tu fréquentes à l’école. Vas chez lui, fais semblant que tu vas faire des devoirs avec lui et puis prend le fusil. Lance le fusil par la fenêtre arrière ou par le sous-sol. Un de tes amis va passer le chercher. Tu peux acheter des munitions au Canadian Tire, tu peux en acheter un peu partout. » (Traduction libre) (Bill, 21 ans)

• Internet est un outil utilisé pour la vente d’armes à feu illégales. Une investigation du Service de police de Toronto a mené à l’arrestation de quatre personnes impliquées à la vente d’armes illégales sur Internet. Toutes les armes saisies étaient des fusils et des carabines. Ces individus font face à un total de 276 accusations et plusieurs armes à feu ont été saisies.

3. Les armes de contrebande venant des États-Unis proviennent souvent de vols, d’achats illégaux et d’expositions d’armes à feu.

• Elles composent environ 50 % des armes de poing récupérées sur les lieux de crimes.

• En 2004, l’Agence frontalière canadienne a saisi 1 099 armes à feu à la frontière incluant 140 armes non restreintes, 299 armes restreintes et 660 armes prohibées7. Ce n’est là que la pointe de l’iceberg.

• En 2006, le projet XX du service de police de Toronto, qui ciblait un gang de rue du nord de Toronto, a révélé plusieurs cas d’armes à feu provenant des États-Unis.

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d bloggers like this: