The Coalition for Gun Control/Pour le Controle des Armes

THE COSTS OF GUN CONTROL VS. THE COSTS OF GUN VIOLENCE

Posted by cgccanada on May 26, 2009

There has been a lot of deliberate misinformation about the firearms program fuelled by its opponents. First and foremost, the “registry” has become short form for Canada’s entire system of licensing gun owners and registering firearms.  Close to a billion dollars was spent – over a 10 year period – most of the money was spent on screening and licensing gun owners NOT on registering firearms.  Currently the costs of the system are about $80 million dollars a year. 2 million gun owners have been licensed and their licenses must be renewed – this is an ongoing cost. But firearms only have to be registered once, unless they are sold or traded. To date 7 million guns have been registered – this is a sunk cost. The ongoing costs of registration are the costs of registering new guns entering the system or guns that are traded – about 400,000 guns per year. Consequently the costs going forward for registration are minimal.  If the government stops registering  rifles and shotguns it might save $10-15 million a year. But it will also destroy the system we have for tracking these guns back to their owners. A system which the Supreme Court of Canada said was essential to enforcing the licensing of gun owners. This does not make an easy sound bite. But scrapping the registry will be a huge threat to public safety. Remember – rifles and shotguns in the wrong hands kill just as dead as handguns.  And the costs of gun violence are enormous.

“Scrapping the registry” means dismantling gun control in Canada.

The opponents of the law have tended to deliberately confuse matters by referring to “the registry”. Many think that Canada spent a billion dollars registering guns. In fact, “the registry” has become short form for Canada’s entire system of licensing gun owners and registering guns.  Most of the money that has been spent to date was for licensing gun owners not registering guns.

• The licensing process includes checking police records and ensuring training has been completed. But key to preventing violence (particularly domestic violence) and suicides is the screening process, designed to identify risk factors not contained in police databases. Risk factors for violence and suicide include: marital breakdown, history of mental illness, substance abuse etc.

• Screening for these threats was first introduced by Kim Campbell’s legislation in 1991.

• Two referees must sign the application form to confirm the accuracy of the information and that they know of no reason why the applicant should not have a gun.

• Also critical to the protection of families is the spousal notification process. Current and former spouses (within two years) are notified of the license application to give them an opportunity to express concern if safety is an issue.  These measures respond to several inquests into firearms tragedies.

• Licenses are renewed every five years to maintain current address information and review the suitability of applicants. (Passports are also renewed every five years; drivers’ licenses every two years; dog licenses annually.) Safety experts wanted a shorter renewal period: five years is already a compromise.

• Currently, guns are registered only once and only need to be re-registered when transferred. Costs of “the Registry” were mostly related to screening and licensing gun owners not registering guns

• From to 1995 to April 2005, net program costs for the Canadian Firearms Program have been 946.4 million dollars.   Average costs over this period have been 94.6 million per year.   These costs include additional enforcement measures (NWEST), costs to Correctional Services Canada for increased sentences under the Firearms Act, and contributions to the provinces to administer the system (Approximately $180 million over 10 years).

• Two-thirds of the direct costs have been for the licensing of all firearms owners, and only one-third for the registration of all firearms.

• In May 2004, the Government announced a package of improvements to the Firearms Program which included the elimination of fees for the registration and transfer of firearms, and control of program costs by establishing an annual $25 million cap on firearm registration activities beginning in 2005–2006.

• Projected future funding requirements for the Canada Firearms Centre would be approximately $85 million annually, starting in 2005-2006.

Putting the Costs in Perspective

Gun death and injury in Canada were estimated to cost $6.6 billion per year in 1995. References to ‘the billion dollar registry” have been without context or explanation.

• The money was spent over 10 years. Going forward the costs will be $70 million per year. The old, flawed system cost $30 million per year.

• Costs are high in part because the government has refused to make users pay. It has waived fees as an incentive for gun owners to comply.

• The annual cost of a license to own as many guns as one wishes is $12 per year ($60 renewed every 5 years). This is half the annual cost paid in Toronto or Montreal for a license to own a single dog or cat.

• No one even knows how much we spend to keep highways safe. In New Brunswick, the federal Government is investing $400 million to widen a stretch of highway where 43 lives were lost over 5 years. In the same period, guns killed 5,000 people.

• We spend over $120 million a year on the passport office. No one complains. Users cover the costs.

• Prevention is not cheap, it is an investment in our future, for example, the meningitis inoculation program initiated in Quebec last fall, which came in response to 85 cases reported in 2001, and cost the province $125 million.

• As the Government of Ontario learned from the Walkerton tragedy, inappropriately cutting costs of water testing proved very expensive. The former Ontario Medical Officer of Health, Dr. Richard Schabas, has warned the federal government not to make the same mistake by cutting the gun control program.

• Lots of government programs are much more costly: for example, snow removal in Montreal costs $130 million each year.

Savings from “Scrapping Registration of Rifles and Shotguns”

• Registration is one time only and we have already registered 7 million firearms. The only guns to be registered in the future are those which are bought, sold or traded – about 400,000 per year. Consequently if the registration of rifles and shotguns were discontinued savings would be in the order of $10-15 million.  Licensing and continuous eligibility are the bulk of the costs.

*****

Les coûts du contrôle des armes á feu par rapport au coût de la violence des armes á feu

Il y a eu beaucoup de désinformation délibérée sur le programme des armes à feu alimentée par ses opposants. D’abord et avant tout, le «registre» est devenue le terme utilisé pour illustrer le système canadien d’émission des permis aux propriétaires d’armes et d’enregistrement des armes à feu. Près d’un milliard de dollars a été dépensé (sur une période de 10 ans), la majorité des argents ont été utilisé pour émettre les permis aux propriétaires d’armes et dépister les risques PAS pour enregistrer les armes à feu. Actuellement, les coûts du système sont d’environ 80 million de dollars par année. 2 millions de propriétaires d’armes à feu possèdent un permis et ces-derniers doivent être renouvelés (un coût continu). Par contre, les armes à feu ne sont enregistrées qu’une fois, à moins qu’elles soient vendues ou transférées. A ce jours, 7 millions d’armes à feu ont été enregistrées, il s’agit du coût fixe et terminé. Les coûts continus de l’enregistrement sont pour les nouvelles armes au système ou des armes échangées (environ  400 000 armes à feu par années). Conséquemment, les coûts pour continuer la procédure d’enregistrement des armes sont minimes. Si le gouvernement arrêtait d’enregistrer les fusils et les carabines, on peut parler d’une économie de 10 à 15 millions de dollar par années. Mais cette action détruira aussi le système que nous avons pour retracer les armes à feu à leur propriétaire original. Un système que la Cour suprême du Canada a considéré d’essentiel pour renforcer la appliquer l’émission de permis aux propriétaires d’armes à feu. De plus, détruire le registre entraînera une menace énorme à la sécurité publique. Souvenez-vous que les carabines et les fusils dans les mauvaises mains sont aussi dangereuse que des armes de poings. Et les coûts associés à la violence par armes à feu est énorme.

«Abolir le registre» signifie démonter le contrôle des armes au Canada

Les opposants à la Loi ont eu tendance à délibérément embrouiller les dossiers en faisant référence au «registre». Plusieurs croient que le Canada a dépensé des millions de dollars pour enregistrer les armes. En fait, le «registres» est devenue la version accourci pour le système entier de permis aux propriétaires d’armes à feu et d’enregistrement des armes à feu. La plus grande partie de dépenses à date étaient reliées à l’émission des permis, pas à l’enregistrement des armes.
• L’émission de permis inclus des vérifications quant aux données policières et la formation complétée. Mais l’élément clé pour prévenir la violence (particulièrement la violence conjugale) et les suicides est la procédure de vérification des antécédents, conçue pour identifier les facteurs de risques qui ne sont pas contenues dans les bases de données policières. Les facteurs de risque pour la violence et le suicide inclue : effondrement du mariage, antécédents de troubles mentaux, abus de substance, etc.
• La vérification de ces facteurs de risque a été introduit avec la loi proposée par Kim Campbell en 1991.
• Pour assurer la vérification des familles, on demande sur le formulaire que deux personnes confirment qu’elles « ne voient aucune raison pour laquelle il serait souhaitable, dans l’intérêt de la sécurité du demandeur ou de toute autre personne, que le demandeur ne puisse obtenir un permis de possession et d’acquisition d’armes à feu.»
• D’après la loi et ses règlements, lorsqu’une personne fait une demande de permis, le(s) conjoint(s) (des deux dernières années) en est immédiatement avisé(s). Le consentement du conjoint n’est pas requis pour l’acquisition mais s’il a des inquiétudes, une révision supplémentaire du dossier est déclenchée. Ces mesures répondent à plusieurs enquêtes du Coroner sur des tragédies impliquant les armes à feu.
• La procédure de renouvellement du permis, fait aux cinq ans, est moins rigoureuse et a été prolongée jusqu’à un maximum de neuf ans pour des raisons administratives (une fois seulement). (Les passeports sont renouvelés aux cinq ans, les permis de conduire aux deux ans et les licences pour chiens annuellement.)  Les experts en sécurité publique demandaient un délais de renouvellement plus court; cinq ans est déjà un compromis.
• En ce moment les armes à feu sont enregistrées une fois seulement et re-enregistrées advenant un échange d’armes.

Les coûts «du Registre» étaient principalement relié à la procédure de vérification des antécédents, non à l’enregistrement des armes.

• De 1995 à avril 2005, les coûts nets du Programme canadien des armes à feu étaient de 946,4 millions de dollars. Les coûts moyens sur cette période étaient de 94,6 millions annuellement. Ces coûts incluent des mesures des mesures d’applications de la Loi telle ENSALA (Équipe nationale de soutien à l’application de la Loi sur les armes à feu), une unité spéciale de la GRC, les coûts aux Services correctionnels du Canada pour augmenter lespeines sous la Loi, et les contributions aux provinces pour administrer le système (environ 180 millions$ sur 10 ans).                                                  • Les deux-tiers des coûts directs ont été pour émettre des permis aux propriétaires d’armes, et seulement le tiers des coûts était pour l’enregistrement de toutes les armes.
• En Mai 2004, le Gouvernement a annoncé des mesures d’amélioration du Programme des armes à feu qui incluait l’élimination des frais pour l’enregistrement et le transfert des armes à feu, et le contrôle des coûts du programme en établissant une limite annuelle à 25 millions$  sur les activités débutant en 2005-2006.
• Le financement futur du Centre des armes à feu Canada serait approximativement 85 millions $ par année, débutant en 2005-2006.

Mettre les coûts en perspectives.

Le coût économique des décès et blessures attribuables aux armes à feux au pays est estimé à 6,6 milliards de dollars annuellement en 1995.12 Faire référence au «registre d’un milliard de dollars» a été sans contexte ou explications.
• L’argent a été dépensé sur une période de dix ans. Continuer la procédure coûtera 70 millions de dollars par année. L’ancien système, désuet, coûtait 30 millions de dollars par années.
• Les coûts sont élevés en partie car le gouvernement a refusé de faire payer les utilisateurs. Il a abolit les frais afin d’inciter les propriétaires d’armes à se soumettre à la Loi.
• Les coûts annuels d’un permis pour posséder autant d’armes qu’un individu désire est de 12 dollars par année (60$ aux cinq ans). Il s’agit de la moitié des coûts annuels payés par les contribuables torontois ou montréalais pour posséder un chien ou un chat.
• Personne ne sait combien est dépensé pour garder nos autoroutes sécuritaires. Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement fédéral a investit 400 millions de dollars pour élargir une section de l’autoroute où il s’étaient terminé 43 vies sur une période de 5 ans. Pour la même période, 5000 personnes ont été tuées par des armes à feu.

• Nous dépensons plus de 120 millions de dollars annuellement sur le bureau des passeports. Personne se plaints. Les utilisateurs couvrent les coûts.                                                                                                                                                                   • La prévention n’est pas bon marché, il s’agit d’un investissement pour le futur. Par exemple, le programme de vaccination pour la méningite au Québec, en réponse à 85 cas rapportés en 2001, coûte à la province 125 millions de dollars.                                                                                                                                                                                                             • Comme le Gouvernement de l’Ontario l’a appris avec la tragédie de Walkerton, la réduction inappropriée du budget alloué aux tests de l’eau s’est révélée très coûteuse. L’ancien Médecin hygiéniste de l’Ontario, Dr. Richard Schabas, a mis en garde le gouvernement fédéral de ne pas commettre la même erreur en sabrant dans le programme du contrôle des armes.
• Beaucoup de programmes gouvernementaux sont beaucoup plus coûteux; par exemple l’enlèvement de la neige à Montréal coûte 130 millions $ chaque année.

Économiser en «abolissant l’enregistrement des fusils et carabines»

• L’enregistrement est un coût unique et nous avons déjà enregistré 7 millions d’armes à feu. Les seules armes qui seront enregistrées dans le futur seront celles achetées, vendues ou échangées (environ 400 000 par année). Conséquemment, si l’enregistrement des fusils et des carabines était discontinué, les économies seraient d’environ 10 à 15 millions $. L’émission de permis et les vérifications continues sont la majorité des dépenses associées
au programme.

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d bloggers like this: